Accueil  /  Actualités   /  Interview d'Audrey Bertrand metteuse en scène

Audrey Bertrand, Maude Bouhénic et Noémie Ribaut Savard ont décidé, toute 3, de monter une compagnie de théâtre professionnelle à la sortie de leurs études. La compagnie s’articule notamment autour d’une pièce « Morts sans sépulture » de Jean-Paul Sartre et rassemble un réseau de jeunes, tous débutants dans le monde du travail, dynamiques et motivés autour de ce projet artistique et professionnel.
Créée en Septembre 2011, les premières dates ne se font pas attendre. La compagnie de l’ombre noire s’est produite en Janvier et victime de son succès a été prolongée durant le mois de mars. Ils ont également été présent au festival OFF d’Avignon jusqu’au 28 juillet 2012.
 
Interview d’Audrey Bertrand, 22 ans à la tête d’une compagnie de théâtre professionnelle et metteuse en scène :
•Pourquoi avoir créée une compagnie professionnelle ?
« Nous avions une véritable volonté de faire du théâtre et surtout d’en faire notre métier et non un simple hobbie. De plus, avoir une compagnie professionnelle nous permet de « vendre » plus facilement le spectacle, d’asseoir notre crédibilité et d’être pris au sérieux par nos pairs. »
•Quelles études avez-vous faites et comment avez-vous trouvé tous les membres de votre compagnie ?
« J’ai fait des étude de sociologie et en parallèle une école de théâtre ou j’ai rencontré Maude Bouhénic. L’idée de créer une compagnie s’est alors concrétisée. Nous voulions absolument jouer Morts sans sépulture, c’est en effet une pièce peu connue de Jean-Paul Sartre mais très engagée et intemporelle. Maude connaissait Noémie et le projet l’intéressait également nous avons donc monté toute 3 la compagnie. Le reste des acteurs a été trouvé par casting ou connaissance. Et petit à petit beaucoup d’autres personnes se sont greffé à notre projet. En effet, nos locaux était dans un espace de co-working et rapidement les autres personnes y travaillant se sont intéressées à la compagnie et ont souhaité, chacune à leurs niveaux, nous aider à monter ce projet. Il s’agit ensuite de rencontres, de réseaux, beaucoup de personnes que nous avons rencontrées ont souhaité s’impliquer d’elles même dans notre projet. »
•Avez-vous eu de l’aide pour la partie administrative ?
« Le travail administratif de la création à la gestion d’une compagnie est effectivement très important. Nous nous sommes tournés dans un premier temps vers des services associatifs et la mairie pour répondre à nos nombreuses questions puis vers nos parents pour la comptabilité, vers d’autres compagnies de théâtre… Nous avons demandé de l’aide à beaucoup de personne pour pouvoir gérer au mieux la compagnie. Les autres compagnies de théâtre et même les théâtres qui nous ont accueilli nous ont beaucoup aidé pour tout l’administratif. Nous sommes une compagnie jeune et nous sommes jeunes mais dès que les autres compagnies ou les théâtres voient que l’on se donne énormément de mal pour y arriver ils n’hésitent pas à nous renseigner à nous aider quand ils le peuvent. C’est vraiment très important pour nous » 
•Qu’est-ce qui a été le plus compliqué dans votre projet de monter une compagnie de théâtre professionnelle ?
« Au début tout le côté administratif qui est très lourd a été, le côté finance également. Nous faisons tout toute seule dans la compagnie car nous n’avons pas encore les moyens d’engager quelqu’un qui pourrait nous aider pour la comptabilité, la paie et l’administratif de manière général. Pour le moment, nous n’avons pas eu beaucoup de dates donc notre budget est un peu serré, après le festival d’Avignon qui nous a donné énormément de visibilité cela pourra évoluer. Pour le moment, notre budget provient de nos sponsors (Pigier), de nos recettes suite à nos premières dates à Paris au théâtre de Ménilmontant et des recettes de Kiss Kiss Bank Bank, un site communautaire qui permet aux internautes de financer des projets (type My Major Compagnie). »
•Selon vous, qu’est-ce qu’il faut pour développer un projet professionnel tel que le vôtre ? (création entreprise…)
« Surtout ne pas avoir peur de se lancer si un projet nous tient à cœur, les expériences professionnelles sont d’énormes atouts et permettent d’acquérir une véritable expérience. Se lancer dans un tel projet tout en étant jeune nous a permis de nous faire aider par diverses personnes, de pouvoir bénéficier de nombreux conseils et ne pas négliger l’importance des réseaux. Il ne faut surtout pas hésiter à poser des questions à demander de l’aide pour réaliser son projet et surtout travailler énormément pour y arriver. »